lundi 19 juillet 2021

Salon international du Livre de Montagne, Passy, du 6 au 8 août 2021(avec des rencontres littéraires en juillet)

 Nous avons le plaisir de confirmer que le Salon de Passy est prévu, cette année :

Affiche 2021

https://www.salondulivrepassy.com/

Jean-Louis Pierre sera présent à ce Salon, 

et interviendra dans le cadre des

 rencontres 

 littéraires

- au Jardin des Cimes -

à 14 h 30 :


 Les Amis de Ramuz vous souhaitent une bonne visite

 (voire un bon séjour)

 à Passy, cet été !



jeudi 17 juin 2021

Nouvelle édition de "Derborence", illustrée par Guy Toubon, éd. Infolio (2021)

Le dessin de couverture s'intitule
"Antoine ébloui par le soleil".
(Voir le commentaire en fin de volume)

Les Amis de Ramuz sont toujours heureux de signaler la réédition d'une œuvre de Ramuz...


Cette dernière est due à l'éditeur Infolio, dans la collection "Maison neuve", ce qui est tout un programme !





De fait, le texte est agrémenté des illustrations à la plume de Guy Toubon, et éclairé par une postface de Laura Laborie (dont nous avons publié un entretien avec Gérard Poulouin dans notre Bulletin 41 de 2020).

4e de couverture


NB : 
nous souhaitons rectifier deux petites erreurs 
dans les références bibliographiques des notes 2 et 5 
(p. 277 et 281).
Il faut lire :

2) C. F. Ramuz, "La Beauté de la montagne", [1930], dans Dispute sur la montagne, Loches, La Guêpine, 2015, p. 15.

5) C. F. Ramuz, Découverte du monde, [1939], Tours, Les Amis de Ramuz, 2012, p. 165.

Une confusion s'est produite avec les références de notre imprimeur (Du Lérot, à Tusson) qui est aussi éditeur... Nous vous laissons le soin de vérifier, le cas échéant, sur son site les textes de Ramuz qu'il a édités, lui aussi, et qui peuvent vous intéresser...

*******************

Lien pour nous contacter :

mercredi 16 juin 2021

"Visite à Ramuz", poème de Gilbert Trolliet, dans l'anthologie "Le Fleuve et l'Être" (1927-1978), publiée en mars 2021

Pour ceux qui hésitent à croire à la Providence, ils devront reconnaître que, parfois, le Hasard fait bien les choses !

A peine avions-nous repris, dans le message précédent, le texte d'Edmond Buchet relatant... une visite à Ramuz, que nous parvenait le poème de Gilbert Trolliet sur le même sujet.

Le volume est présenté sur le site de l'éditeur :

 https://www.mercuredefrance.fr/le-fleuve-et-letre/9782715256484

Le Fleuve et l'Être

Choix de poèmes (1927-1978)

"Salué par la critique suisse romande de son époque, Gilbert Trolliet (1907-1980) fut le fondateur et animateur de nombreuses revues, en particulier Raison d'être (1928-1930) à Paris, et Présence (1932-1936) paraissant à Genève et à Lausanne. Marqué par le surréalisme et l'existentialisme, son œuvre poétique se compose d'une trentaine de recueils. Pré[fac]ée par Alain Borer et postfacée par Valère Novarina, cette anthologie propose un choix de poèmes écrits entre 1927 et 1978."







"Edition réalisée et présentée par Jean-Christophe Contini"

 "Le choix de poèmes présenté ici a été réalisé à partir
 des projets d'anthologies élaborés 
par Gilbert Trolliet et Alain Bosquet entre 1974 et 1978"











Le poème "Visite à Ramuz" se trouve en pages 269-270 :






Gilbert Trolliet
1905-1980



Lien pour nous contacter :


mercredi 9 juin 2021

Retour sur le « Bulletin 41 » (2020) des Amis de Ramuz : errata et corrigenda de la 1ère note !

 

« Pan sur le bec ! »

comme on dirait dans Le Canard enchaîné…

totalement assumé par Liliane Jouannet,

responsable de la maquette du 

Bulletin des Amis de Ramuz

(jusqu’en 2020 inclus).

Comme nos lecteurs le savent déjà, Monsieur Denis KNOEPFLER (professeur honoraire de l’Université de Neuchâtel et au Collège de France – chaire d’épigraphie et d’histoire des cités grecques –, membre de l’Institut de France – Académie de Inscriptions et Belles Lettres) nous a fait l’honneur d’écrire dans le Bulletin 40 un article intitulé :

« Un “archange” oublié dans l’orbite de Ramuz vieillissant : Gérard Buchet (1914-2002) »

On devine donc aisément sa légitime indignation à la lecture des 2 coquilles de la note 1 du texte liminaire (du Bulletin 41), que nous reproduisons ci-dessous - avec l'ensemble du paratexte -, en soulignant ostensiblement les erreurs avérées (en rouge) et les amendements suggérés (en bleu) :

"6 août 1938"

[Témoignage sur C. F. Ramuz par l’éditeur parisien Edmond Buchet]

Louis Buchet[1] nous a emmenés hier soir chez C.-F. Ramuz. Il avait emporté quelques bouteilles de vin blanc vaudois, mais Ramuz nous offrit de la malvoisie.

Ramuz est tel qu’on se le représente d’après ses livres : prudent, honnête, à la fois  paysan et « littérateur ». Il questionne beaucoup[2], s’informe auprès de moi de ce qui  se passe à Paris mais je me rends compte bientôt qu’il est au courant de tout, bien qu’il se plaise à dire le contraire. Il y a de l’attitude chez lui, mais aussi incontestablement du ton. Je lui demande s’il ne ferait pas un Virgile pour notre collection Pages immortelles[3]. Il se récrie : il n’en est pas capable, il n’est pas un homme assez instruit[4], il ne connaît pas Virgile ! Je ne puis bien discerner si sa modestie est réelle. Par contre, lorsqu’il m’expose quels liens l’attachent à  Bernard Grasset, auquel il dit tout devoir[5], je respecte son sentiment. Cela me fait toujours plaisir d’entendre un auteur me faire l’éloge de son éditeur, même lorsqu’il s’agit d’un concurrent.

Edmond BUCHET, Les Auteurs de ma vie

 ou ma vie d’éditeur[6]

Paris, Buchet/Chastel, 1969, p. 44-45.


[1] Louis Bouchet BUCHET (1887-1971), mari en secondes noces de Berthe, la sœur de Ramuz. Père de Gérard Buchet (1914-1995 2002). Voir Bulletin 40, p. 141-195, [l’article de Denis Knoepfer intitulé « Un “archange” oublié dans l’orbite de Ramuz vieillissant : Gérard Buchet (1914-2002) »].

[2] Ramuz avait coutume de poser maintes questions aux visiteurs reçus à La Muette.

[3] Jean Giono rédigera un Virgile pour la collection « Les plus belles pages », il sera publié en 1947.

[4] Ramuz avait coutume de gommer son passé scolaire. Licencié ès lettres classiques, pourvu de grades universitaires acquis à Lausanne, il ne s’est pas voulu un « lettré », il a privilégié le « goût de l’élémentaire », « tout proche parent du goût de l’universel » (Voir la Lettre à Bernard Grasset (1929) in Œuvres complètes, volume 11, éditions H.-L. Mermod, p. 30-34).

[5] Dans la Lettre à Bernard Grasset, Ramuz rend hommage à son éditeur parisien : « Je vous remercie d’un accord qui s’est conclu entre nous dans la conscience des risques assumés, et assumés de part et d’autre. […] Vous avez bien voulu me faire confiance une première fois, si peu que je l’eusse mérité ; vous avez bien voulu continuer par la suite à me faire confiance […] » (op. cit., p. 43).

[6] Edmond Buchet, né à Genève, fut d’abord avocat, puis éditeur après le rachat, avec Jean Chastel, des éditions Corrêa. Il fut aussi écrivain et traducteur.

***********

[Ultimes précisons apportées par M. Knoepfler :]

« NB : L’ouvrage d’Edm. Buchet, Les Auteurs de ma vie, a été réédité chez Buchet-Chastel en 2002, avec une préface originale de Vera et Ian Michalski, qui indiquent dans quelles conditions ils ont repris, au printemps 2000, les éditions Buchet-Chastel (dont le siège est situé à Paris, rue de Condé). Ils rendaient là hommage à Buchet, tout en faisant voir comment ils entendaient imprimer à cette maison de nouvelles orientations. » 

Nous proposons même les couvertures :




************

Cum grano salis… 

Comme il se doit, nous faisons amende honorable pour les deux coquilles que nous avons très fâcheusement laissées dans la note 1. Abyssus abyssum invocat !

Nous avions naïvement pensé que le texte cité proposait un « clin d’œil » au lecteur fidèle… mais cette intention eût mérité plus de soin, cela va sans dire ! Nous espérons que ce malheureux accident n’aura pas découragé a priori tous les autres membres de l'association, et qu'ils auront au moins apprécié l'humour... d'Edmond Buchet, et celui de Ramuz.

Que les Amis vigilants nous fassent part de leurs remarques est un bénéfice pour les responsables d’un bulletin d’association et nous les en remercions à l’avance. Les critiques positives sont aussi bienvenues…

Liliane Jouannet

 Lien pour nous contacter :


dimanche 16 mai 2021

Pour "Une Main" traduit en allemand en 1934 ("Eine Hand"), le dessin de couverture de Walter Diggelmann

Nous remercions M. André Durussel pour l'image de couverture de Eine hand, en 1934, et son rappel de l'histoire du texte : 

A la mi-janvier 1931, Ramuz fait une chute sur le verglas en dessous de La Muette et se brise l'humérus gauche. Il évoque tout cela durant son immobilité et publie ces pages dans la revue Aujourd'hui du 12 mars déjà, et jusqu'au 16 avril. 

Une Main sera édité chez Grasset deux années plus tard (1933), puis dans les Œuvres complètes de Mermod (1940-1941). 

En 1934, une traduction en langue allemande (Eine Hand) de Werner Joh. Guggenheim est publiée chez Rachler & Cie AG, Verlag à Zürich, Leipzig et Stuttgart, avec un dessin de couverture signé Walter Diggelmann.

Edition allemande de Une main en1934
illustration de Walter Diggelmann

C'est cette illustration que nous reproduisons aujourd'hui pour les Amis de Ramuz.
En souvenir aussi de Philippe Renaud, qui avait publié une remarquable postface à "Une Main" aux Editions Séquences en 1997.

André Durussel
En 2009, réédition du texte
par Du Lérot Editeur 
 avec la postface de Philippe Renaud
intitulée "De la chute à l'envol"

***************************
contact avec l'association :


vendredi 16 avril 2021

Hommage à Philippe Renaud, universitaire, écrivain et critique suisse


          C’est avec beaucoup de peine que nous avons appris le décès de Philippe Renaud, ce 1er avril 2021. Nous avions fait sa connaissance lors du premier "Colloque Ramuz" que nous avions organisé à l’Université de Tours, les 5-7 novembre 1987. Il avait accepté de faire partie du Comité scientifique et présenté une communication sur L’Amour du monde. Sa dernière étude ramuzienne fut l’intervention qu’il avait préparée pour le Colloque de Genève (12-13 oct. 2017) sur Passage du poète, une œuvre qu’il affectionnait particulièrement : malheureusement, il n’avait pu y être présent, mais elle est accessible en ligne sur le site Fabula (« Passage du poète comme  symphonie ») :

https://www.fabula.org/colloques/document5904.php

           Professeur rigoureux et remarquable critique, Philippe Renaud a marqué les études littéraires  par deux ouvrages essentiels : Lecture d’Apollinaire et Ramuz ou l’intensité d’en bas. qui ont profondément renouvelé la compréhension de l’œuvre de ces deux auteurs.

            Très attaché à la littérature vivante, Philippe Renaud avait tissé des liens chaleureux avec nombre d’écrivains contemporains, particulièrement avec Yves Velan. Il se fit aussi continûment le défenseur de la littérature romande au cours de multiples missions à l’étranger.

          Nous espérions vivement le retrouver, en septembre 2021, au prochain "Colloque Ramuz" de Sion, en Valais. Sans nul doute, il nous aurait à nouveau tous gratifiés d’une communication brillante…

            Aux siens, à ses proches, nous présentons nos bien sincères condoléances,

Jean-Louis Pierre, président fondateur des Amis de Ramuz

*******************

Petite biblio pour mémoire 


Lecture d'Apollinaire, Lausanne, éd. L'Âge d'Homme, 1969.

Les Trajets du Phénix, Paris, Minard, 1983

Ramuz ou l'intensité d'en bas, Lausanne, L'Aire critique, 1986

Genève, éd. coaltar, 2012
Vevey, L'Aire, 2013

ET

pour les romans de Ramuz en Pléiade, tome II

les notices de

La Grande Peur dans la montagne

Adam et Ève

La Beauté sur la terre (avec Vincent Verselle)

***************

mercredi 10 février 2021

"L'Amour du monde" de C. F. Ramuz, repris par les éditions DU LEROT


Les grands esprits se rencontrent, comme on dit !
Le Bulletin des Amis de Ramuz 2019 (n° 40) 
avait publié un article sur ce roman de Ramuz :
"Notes de (re)lectures", par L. Jouannet...

Contact pour Les Amis de Ramuz :

Et voici que les éditions Du Lérot reprennent ce texte, jadis édité par Séquences :