mercredi 15 janvier 2020

ANNULATION de la nuit de la lecture à la BU des Tanneurs, le 17 janvier 2020

ANNULATION de la nuit de la lecture à la BU des Tanneurs

 Pour cause de mouvements sociaux et de blocage des lieux

jeudi 9 janvier 2020

Pour les Parisiens, une "Histoire du soldat", le 26 janvier 2020.



OPEN CHAMBER ORCHESTRA « L’HISTOIRE DU SOLDAT » - Pan Piper Live"

  
2-4 impasse Lamier 75011 PARIS

voir lien :

https://pan-piper.com/live/events/open-chamber-orchestra-lhistoire-du-soldat/







L’Histoire du soldat est un mimodrame (musique de scène en forme de mélodrame) composé par Igor Stravinsky en 1917 sur un texte de Charles-Ferdinand Ramuz pour trois récitants (le Lecteur, le Soldat et le Diable) et sept instrumentistes. L’argument de la pièce emprunte au thème de Faust, mais reprend également un vieux conte russe. Ce ballet-opéra de chambre dont l’ambiance emprunte au cirque ambulant et au jazz comporte plusieurs courts tableaux dont certains sont inspirés de diverses danses : tango et même ragtime.
Ce spectacle est adapté aux enfants, dès 7 ans.
Un livret pédagogique sera distribué aux plus jeunes en début de séance.
Un atelier de découverte d’instruments présents dans l’œuvre est proposé gratuitement aux enfants qui le souhaitent (accompagnés d’un parent) 1h avant le concert, sur inscription : openchamberorchestra@gmail.com
Musique : Igor Stravinsky
Texte : Charles-Ferdinand Ramuz

Direction musicale : Yaïr Benaïm
Mise en scène : Gérald Garutti
Chorégraphie : Maxime Thomas
Régie : François Pélaprat

Distribution :
Païkan Garutti : Le Diable
Juliette Gernez : La Princesse
Jacques Martial : Le Conteur
Florent Hill : Le Soldat

Production : Open Chamber Orchestra et Compagnie C(h)aractères
HORAIRES : Ouverture des portes : 
16 h 30 – Début du concert : 17 h 00
*********************
Les Amis de Ramuz remercient M. Turpin pour cette information

vendredi 20 décembre 2019

"Le Canton de Vaud doit-il acheter les manuscrits de Ramuz ?" (de Suisse, dans le journal "24 Heures")

 Le journal 24 heures publie un article sur la situation et le destin des manuscrits de Ramuz.
 Voir le lien :
https://www.24heures.ch/vaud-regions/canton-doitil-acheter-manuscrits-ramuz/story/15106864

Le Canton doit-il acheter les manuscrits de Ramuz?

Littérature

 D’aucuns s’étonnent que l’État ne soit pas propriétaire du fonds exceptionnel conservé à la Bibliothèque cantonale.

 

Les manuscrits de l’écrivain vaudois C.F. Ramuz appartiennent à ses héritiers.


Les manuscrits de l’écrivain vaudois C. F. Ramuz appartiennent à ses héritiers. Image: ARCHIVES C.-F. RAMUZ/VANESSA CARDOSO







Début décembre, Pully annonçait la signature d’une convention avec les héritiers de Ramuz visant notamment l’usage du mobilier, des tableaux et des livres ayant appartenu à l’écrivain. Ils seront utilisés au sein du futur espace muséal qui lui sera dédié dans sa maison, La Muette.


Une autre convention lie les descendants de l’auteur aux autorités. Cantonales, cette fois. Ce contrat de dépôt signé en 2016, d’une durée de cinq ans (renouvelable tacitement chaque année), porte sur les manuscrits de Ramuz. Des dizaines de boîtes, étudiées par les chercheurs pour l’édition des œuvres complètes. Depuis 2016, ces précieux documents – propriétés de la famille de l’écrivain – sont conservés à la Bibliothèque cantonale et universitaire (BCU) et consultables en salle surveillée.
D’aucuns s’étonnent que le Canton n’en soit pas propriétaire. « Il s’agit d’un fonds manuscrit exceptionnel, riche tant du point de vue du type de documents que de leur qualité. Vu son importance matérielle, patrimoniale et symbolique, l’acheter est un acte de politique culturelle qui devrait aller de soi », juge Daniel Maggetti, professeur à l’UNIL et spécialiste de Ramuz.

«Affligeant»

Gérard Dyens était le porte-parole de feu le Comité de sauvegarde de La Muette. Il ne mâche pas ses mots, qualifiant la situation actuelle de « bricolage ». « Je suis outré et dépité que le Canton ne fasse pas le geste symbolique d’acheter ces manuscrits. Il n’a toujours pas perçu la dimension de cette œuvre et semble se désintéresser définitivement de la question Ramuz sous le prétexte qu’il a suffisamment investi pour sa publication. Le comportement des autorités au sujet de l’héritage d’un des plus grands écrivains du pays se révèle affligeant. »



L’État de Vaud – qui se dit « tout à fait ouvert à un rachat » – juge qu’« il n’y a aucune urgence ». "Les manuscrits sont conservés par le Canton, préservés et accessibles au public, rappelle Nicole Minder, la cheffe des Affaires culturelles. Ce contrat de dépôt est une bonne solution pour toutes les parties et cela laisse le temps de voir venir. La famille n’a pas, à ma connaissance, l’intention de disperser ces manuscrits. Ce qui est essentiel, c’est qu’ils ont été étudiés et édités, permettant de faire découvrir des pans inédits de l’œuvre de Ramuz."
« L’État a fait beaucoup pour Ramuz, convient Doris Jakubec, professeure émérite à l’UNIL. Mais ces manuscrits ne sont pas à l’abri. Le danger, c’est leur dispersion au gré des déplacements de la famille, de ses changements d’idées... Un achat assurerait non seulement leur conservation, mais leur pérennisation. »
Daniel Maggetti met aussi en cause les conditions de consultation des écrits à la BCU, jugeant le classement lacunaire. « Travailler sur ce fonds est malaisé pour les chercheurs. Ce dépôt n’est pas utilisable pour la recherche et la visibilité de Ramuz. La solution actuelle n’est pas viable. »
Nicole Minder indique de son côté que les 69 boîtes ont fait l’objet d’un « inventaire exhaustif » dans le cadre de l’édition des œuvres complètes. Elle précise qu’« un fonds complémentaire moins important, déposé récemment par la famille, a déjà fait l’objet d’un inventaire sommaire ». Et d’ajouter que des discussions sur la vente des manuscrits vont sûrement avoir lieu à l’échéance du contrat de dépôt, en 2021.
Créé: 18.12.2019, 17 h 08

La consultation directe du site vous donnera accès à d'autres articles :
Musée Ramuz en chantier
Pully La Ville a signé une convention avec les héritiers. Les travaux peuvent débuter. Plus...
La maison de Ramuz vidée avant les grands travaux
Pully Le chantier de transformation de La Muette débutera le mois prochain. Plus...
C.F. Ramuz avait imaginé une fin du monde caniculaire
Chronique Le Matin Dimanche L’auteur de «Derborence» s’était inspiré de la canicule de 1921 pour écrire un roman brûlant: «Présence de la mort». Plus...
Tous les feux sont au vert pour le musée Ramuz à La Muette
Pully La section vaudoise de patrimoine suisse avaient déposé un recours contre le projet de transformation de la maison. Le Tribunal cantonal vaudois l'a rejeté Plus...
Lausanne-Derborence via la grippe espagnole
Portrait L'auteure anglaise, Laura Spinney, traduit Ramuz, dépeint les Lausannois et révèle tous les effets de l’épidémie du XXe siècle. Plus...

mardi 5 novembre 2019

Dans la famille de "la Guêpine", demandez "George SAND" !

La dernière publication des éditions de La Guêpine permet de retrouver l'engagement, le talent de polémiste et cette capacité de surprendre et d'émouvoir qui sont le propre de cette auteure...


Pourquoi cette critique sociale, très ancrée dans son époque, nous paraît-elle si proche des défauts de notre société ?

*******************
RAPPEL

La Guêpine publie trois textes de Ramuz :
Contact :

****************

Les Amis de Ramuz ont un site :




Les textes de la Guêpine sont en dernière page de la rubrique "Varia"
Bonne visite !

lundi 4 novembre 2019

Naoko Kasama a traduit en japonais un choix de nouvelles de Ramuz

C. F . RAMUZ, Pastorale, Choix de nouvelles, traduit en japonais par Naoko Kasama, Tokyo, Tosen Publishing, 2019.












Les Amis de Ramuz sont honorés d'accueillir Naoko Kasama parmi leurs membres, et particulièrement heureux du choix du corpus, si représentatif du talent de Ramuz dans la forme brève, ainsi que des thèmes chers à l'auteur.

********************

SITE des AMIS de RAMUZ :