mercredi 11 septembre 2019

Dernières nouvelles du projet pour la transformation de la maison de Ramuz


 


Nous remercions Jean-Marie Marquis, membre des amis de Ramuz, pour nous avoir fourni cette information :

 lien :
 

 La Muette, la maison où vécut Ramuz de1930 à sa mort, sera transformée pour accueillir un petit musée et des appartements.Image: GERALD BOSSHARD - A 




Lausanne & Région

Par Marie Nicollier Mis à jour à 07h28 

Le chantier de transformation de La Muette débutera le mois prochain.
Les travaux seront lancés mi-octobre à La Muette, au cœur du vieux Pully. Rappelons que la jolie maison rose où a vécu Ramuz de 1930 à sa mort, en 1947, doit accueillir un musée de 100 m2. Le reste de la bâtisse – propriété des descendants de l’écrivain – sera transformé en cinq appartements.
Il s’agit maintenant de vider les lieux avant le chantier. La Ville de Pully a «affiné» l’inventaire réalisé par le Canton. «Tout le patrimoine ramuzien sera préservé, assure Delphine Rivier, directrice du Musée d’art de Pully. On a repris et identifié chaque objet. Ils seront conservés dans les collections du musée et ce fonds sera mis à disposition des chercheurs. Une convention est sur le point d’être signée avec la famille.»
Plus de 600 objets ont été passés au crible, sans compter les meubles, les œuvres d’art (en cours d’inventaire) et des milliers de livres appartenant à l’auteur.

/Ramuz, une oeuvre intemporelle
L’ouverture du musée est espérée en 2022. Qu’y trouvera-t-on? Un comité scientifique de ramuziens et de spécialistes du patrimoine définira ses contours. Reste à le constituer. «Le cœur du projet n’est pas de présenter des objets mais de parler de Ramuz comme écrivain, insiste Delphine Rivier. Ce petit musée sera un lieu de médiation; nous voulons partir de Ramuz pour parler de littérature romande, accueillir des rencontres avec des auteurs, des lectures, des ateliers, des expositions thématiques…»
Le bureau de l’écrivain vaudois, comme figé dans le temps depuis sa mort, sera remeublé à l’identique. «Nous l’envisageons comme un lieu de mémoire mais aussi de compréhension scientifique de son travail», indique Delphine Rivier.
En 2016, l’annonce de la transformation de l’appartement de Ramuz avait créé un tollé, entraînant une pétition de 1800 signatures et une opposition portée par Patrimoine suisse. Le Tribunal cantonal a tranché en mars dernier, donnant le feu vert aux travaux voulus par la Commune et les héritiers.
Créé: 10.09.2019, 07h26
© Tamedia Publication Romande SA