lundi 7 août 2017

Un poème de Jean-François Dubois, du recueil "Jamais bien loin", (1994) nous parle de RAMUZ

[Le chemin Ramuz]




Le chemin ramuz
c’est tout près d’ici
 
quelque chose, paradoxalement ,
qui va tout droit et tout plat
(rien qui s’incurve et s’élève
qui tournerait, et tourne encore une fois,
    continue de monter
sa mesure à la dimension verticale
joue au bonneteau avec les nuages
laisse en dessous des choses, maisons
arbres, êtres, espoirs, usages)
 
Toute cette campagne-ci se lit à peu près à ras
avec des ondulations qui sont comme des mou-
      vements secrets de l’âme
des accidents de terrain, mais tout autant du
      cœur humain
 
deux talus qui soudain vous encaissent comme
   un cercueil
et sur le sommet d’un, une suite de bara-
   quements stabulaires
recouverts en tôle rouillée et matelassés de foin,
   de paille
qui vous font, pourquoi ? penser à des drames
    paysans
le meurtre biblique de la femme infidèle
et l’enfant adultérin, tous deux brûlés vifs dans
   un fenil
ô Jean-Luc !
plus loin, un pauvre type éternel
frappe le mufle de sa jument
à coups de manche de fouet
“C’est ainsi que sont les hommes ils devraient
se battre eux-mêmes, et ils battent leur cheval”).
Charrette !
 
Dans le ciel qui tend par là-dessus une immense
  page à écrire
le maître de cet univers de bois maigres, de
  clavicules enterrées
fait planer son profil de rapace, dérive
en larges cercles
qui sont comme des encerclements de phrases
une adaptation constante en terrain narratif
une acuité au langage des gestes et des  sentiments
une précision dans le rapt verbal qui saisit tout
    cela d’un jet d’oiseau prédateur
 
C’est le chemin qui continue toujours
dans la misère et la douceur du monde
il aboutit, quelque part,
au Petit Village
 
villages des brutes, dit l’un1
coin du monde où il y a
à peu près toute l’humanité,
dit l’autre2 -
 
1. Jacques Chessex, “Hiver”, dans Élégie Soleil du regret.
2. Jules Renard, Journal, 26 juin 1908.
 
  
 Jean-François Dubois, LesTrois Suisses*, p. 63-64, in Jamais bien loin, le dé bleu, 1994.
(*les deux autres sont Gustave Roud et Charles-Albert Cingria)

 Nous remercions Gérard Poulouin, le président de notre association des Amis de Ramuz, de nous avoir fait découvrir ce poète !

Pour les amateur, voici la 4e de couverture :

4e de couverture de Jean-François Dubois, JAMAIS BIEN LOIN.  

mardi 1 août 2017

Rappel du Salon de Passy : 11, 12, 13 août 2017 !


































Cette année encore, Jean-Louis Pierre sera présent avec des livres de Ramuz, ainsi que des livres de sa propre maison d'édition, la Guêpine...
Bonne visite!

lundi 17 juillet 2017

"L'Avant-scène théâtre" (juin 2017) : très complet dossier sur "Histoire du soldat", avec la mise en scène de Stéphan Druet (dir. musicale de Jean-Luc Tingaud)

La Renommée avait répandu la nouvelle dans la presse : Histoire du soldat, au Théâtre de Poche-Montparnasse était un joyau !
Quel beau défi pour le spectateur averti, qui en a déjà vu tellement, lui, de ces Histoires...
Si blasé qu'il soit, le spectateur averti, il se trouve encore surpris !!!
Et voici que le spectateur averti est, lui aussi, tout à fait conquis !
Il redécouvre le texte, la musique... comme neufs !

Cette adaptation sert magnifiquement le texte comme la musique : elle SERT/SERRE l’œuvre, en tout point. Elle est légère, précise, délicate.
Le numéro de L'Avant-scène théâtre qui lui est consacré complète le plaisir du spectateur en lui confirmant les raisons qu'il a eues... d'être "ravis"...

Le Lecteur (Claude Aufaure) ne lit pas : il écrit... puis raconte et revit l'histoire : magistral !

Le Diable (Licino Da Silva) en repérage de la proie...
BONNE NOUVELLE
POUR LA ROUTE :
le spectacle sera repris en novembre !
Que ceux qui n'ont pu le voir
se consolent et se préparent !!!
Le soldat,(séduisant Fabian Wolfrom)
en Prince charmant...















mardi 11 juillet 2017

Les Amis de Samivel ont une belle petite revue !

Pour les amateurs de Samivel, ou pour ceux quine le connaîtrait pas, un conseil :
le n° 41 de la LETTRE d'avril 2017 est l'occasion d'approfondir l’œuvre engagée et de se réjouir de la beauté des images;


contact :

samedi 8 juillet 2017

Marie-Hélène LAFON et Claude LOUIS-COMBET, deux nouveaux titres dans "la petite Guêpine"








Jean-Louis Pierre continue de nous proposer les pépites de sa collection...



Cet hommage à Péguy est bouleversant de finesse et de légèreté, de poésie et de profondeur. A découvrir absolument, même pour ceux qui n'ont jamais lu une ligne de Péguy, et qui n'en liront peut-être jamais d'autres...

Pour tout renseignement 
et pour toute commande, 
contacter :



vendredi 7 juillet 2017

"Histoire du soldat", au Théâtre de Poche-Montparnasse, vanté par LE POINT


Bis repetita placent!
Nous avons déjà proposé, en juin, la critique très élogieuse du Canard enchaîné pour ce spectacle...

Merci à la critique Marie-Françoise Leclère pour sa sagacité et pour la délicatesse de son titre...

Prix Laurent Terzieff du meilleur spectacle privé !