jeudi 7 septembre 2017

Colloque Ramuz à Genève, 12 et 13 octobre 2017

"C. F. RAMUZ, silence(s), bruit(s), musique(s)"
Colloque international
Université de Genève, 12-13 octobre 2017
Uni-Bastions, Bâtiment principal, rue de Candolle 5, Genève
salle B 111
En partenariat avec l'Université d'Artois
et l'Association ds Amis de Ramuz, Université de Tours

actualisé d'après la version en ligne sur Fabula
https://www.fabula.org/actualites/c-f-ramuz-silences-bruits-musiques_80769.php

Jeudi 12 octobre
Matin : 9 h 15- 12 h 30
Sylviane Dupuis, UNIGE : introduction 15 mn.
 Musique et esthétique poétique ; collaborations Ramuz/Stravinsky
(modération : Doris Jakubec,UNIL)
*09 h 30 Ulrich Mosch, UNIGE - "Non pas une traduction, mais une réelle transposition des textes russes." C. F. Ramuz traducteur des textes russes d’œuvres d'Igor Stravinsky
*10 h Eric Eigenmann, UNIGE - Portrait du Lecteur en percussionniste (Histoire du Soldat  de C. F. Ramuz)
*10 h 30 Discussion, pause
*11 h 15 Stéphane Pétermann, UNILSur la musique : présentation d'un inédit de 1903 et réflexion sur le rapport à la musique et sur le "dialogue des arts" chez Ramuz
*11 h 45 Valérie Bucheli, UNIGE - Ramuz face à la musicalité symboliste, de Raison d'être aux "Grands Moments de l'Art français au XIXe siècle"
*12 h 15 Discussion

12 h 30 Déjeuner

Après-midi : 14 h 15-18 h 30

La langue comme musique
(modération :Laurent Jenny, UNIGE)

*14 h 15 Pierre Fasula, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France) - "La musique de notre langue"
*14 h 45 Valentine Nicollier, UNIL - "Le ton est l'unité même ; il est l'idée profonde et musicale [...] Il faut aspirer à la solidité mélodique des vieilles sonates" : ce que le métadiscours ramuzien doit à la musique
*15 h 15 Philippe Renaud, UNIGE - Passage du poète comme "symphonie" ?
*15 h 45 Discussion, pause
*16 h 30 Océane Guillemin, UNIL - "Ecoute bien comment la chanson va" : enjeux interprétatifs du motif de la chanson dans l'oeuvre romanesque de C. F. Ramuz
*17 h Siba Barkataki, Université de Delhi (Inde) - La régénération esthétique d'un monde par le biais de la narration sonore : une étude du roman Présence de la Mort
*17 h 30 Discussion

19 h 30
Concert autour de Ramuz-Stravinsky (Salle de Bourse, Genève)
en collaboration avec la Haute Ecole de Musique de Genève
(textes traduits par C. F. Ramuz et textes en russe mis en musique par Igor Stravinsky + musique de chambre de la même époque (années 1914-1915) de Debussy, Fauré, Ravel...)

21 h 15
Dîner au Café du Marché

Vendredi 13 octobre

[ Matin, 10 h (sur invitation) : Dies Academicus ]

Après-midi : 14 h 15 - 18 h

Bruits des hommes, de la ville et de la nature dans les romans ramuziens
(modération : Jérôme David, UNIGE)

*14 h 15 Martin Rueff, UNIGE -Les voix des enfants
*14 h 45 Gérard Poulouin, Université de Caen, Président des Amis de Ramuz (France) - Les bruits de la ville
*15 h 15 Discussion, pause
*15 h 45 Laura Laborie, Université de Toulouse (France) - A l'écoute des bruits de la nature dans Derborence : animisme, chaos originel et cris de l'expression
*16 h 15 Christian Morzewski, Université d'Artois (France) - La montagne ramuzienne : entre "chant du monde" et "silence éternel de ces espaces infinis"
*16 h 45 Jean-Louis Pierre, Université de Tours, Président d'honneur des Amis de Ramuz (France) - Histoires d'eaux

Discussion et clôture




Colloque international 2017 – Université de Genève
 « C. F. Ramuz, silence(s), bruit(s), musique(s) »

Organisation
Sylviane Dupuis, Université de Genève – Martin Rueff, Université de Genève
Christian Morzewski, Université d’Artois – Jean-Louis Pierre, Université de Tours
Comité scientifique
Jérôme David, Université de Genève -Doris Jakubec, prof. honoraire, Université de Lausanne -
Laurent Jenny, prof. honoraire, Université de Genève -
  Daniel Maggetti, Jérôme Meizoz, Université de Lausanne – 
Nathalie Piégay, Université de Genève
(et organisateurs)

En partenariat avec l’Université d’Artois
 et l’Association des Amis de C. F. Ramuz, Université de Tours

« La musique est l’art que je goûte le plus. »… «  Je voudrais être musicien, improviser mon âme sur un piano. Il me semble que là seulement je trouverais à m’exprimer. » (C. F. Ramuz, Journal) : sous la litanie incessamment répétée d’un Ramuz qui se voudrait « peintre » – propos d’ailleurs souvent mal contextualisé ! –, on a oublié l’intérêt premier du Poète pour la musique, dont témoignent maintes pages du Journal, sa formation musicale, et la richesse des rapports que l’homme et l’œuvre ont entretenu continûment avec cet art. A l’« exaspération de l’acuité visuelle » qui caractérise Ramuz selon Michel Dentan, et à son amour de la peinture, répondent à l’évidence une exaspération de l’acuité auditive et une passion pour la musique sous toutes ses formes qu’illustreront, d’une part, L’Histoire du Soldat et la fructueuse collaboration entre Igor Stravinski et Ramuz, et d’autre part le manifeste esthétique ramuzien de 1927, son roman La Beauté sur la terre, où la musique se voit attribuer une fonction décisive. « Tout ce qui est rythme ou volume de son ou encore ce qui est timbre, m’appartient de droit, parce que le rythme, le son, le timbre, ne sont pas seulement de la musique […] ils sont au commencement de tous les arts », écrivait encore Ramuz dans ses Souvenirs sur Igor Strawinsky.
De même que la langue est d’abord musique et chant avant d’être une évocation du monde, un ensemble de signifiants avant de signifier,  elle est geste du corps et souffle essentiel.
L’écriture ramuzienne est musique, faite de reprises, de multiples échos sonores internes à la phrase, ou résonnant dans le paragraphe, voire dans la page ou dans les chapitres. Fondée sur la répétition, elle se développe « en spirale » (Ramuz) autour de quelques thèmes et motifs clés sans cesse repris, ou variés comme dans une fugue.
La syntaxe elle-même est construite dans cette visée et lorsque Ramuz exprime son admiration pour la langue de Péguy et son « procédé de composition », nul doute qu’il songe à son propre travail : « Ce procédé de composition est éminemment musical. Il consiste en « entrées » successives, en parenthèses incluses les unes dans les autres […] ou encore si on veut, en vagues échelonnées,  le tout finissant, comme dans un morceau d’orchestre, par un certain nombre de résolutions. De sorte que ces volumes ne comportent aucune des divisions ordinaires en parties et chapitres, mais un grand nombre de paragraphes que séparent des « espèces » savamment dosés, et à la faveur desquels l’auteur tour à tour introduit un motif nouveau ou se débarrasse de celui qu’il vient de traiter, quitte à le reprendre plus loin, l’ensemble s’écoulant d’un seul mouvement et d’une seule masse, comme une symphonie. A l’ordre logique, Péguy substitue constamment un ordre qu’il faut bien nommer, faute d’un autre mot, « poétique », ou encore intuitif […] ».
Et Ernest Ansermet de souligner combien il fut sensible à cet aspect de la langue de Ramuz : « A l’époque où sa syntaxe laissait les gens interdits, j’y avais accédé d’emblée parce que j’avais senti qu’elle obéissait à des nécessités musicales , c’est-à-dire expressives, plutôt qu’à des nécessités logiques. ».
Ramuz est aussi – avant Céline, qui l’admirait – le pionnier d’une « littérature de l’oralité » fondée sur ce qu’il appelait la « langue-geste », et fut un grand lecteur de ses propres œuvres (comme en témoigne par exemple la Tribune de Lausanne du 3 novembre 1923 : « Monsieur Ramuz est un lecteur consommé [des phrases] qu’il a créées dans le silence du cabinet »). Dès 1914, il observe que « l’état de poésie […] ne consiste pas uniquement dans ce qui se dit » (ou s’écrit), mais dans « cette plus belle musique » ou « ce plus beau chant » qui seraient le geste de tous, utopie que matérialisera Passage du poète en faisant de chaque villageois un poète après le passage de Besson, le vannier… Or Passage du poète (qui a fonction d’« Art poétique ramuzien », selon Philippe Renaud) se donne comme cadre référentiel… les lieux mêmes de la première rencontre entre Ramuz et Stravinski.
Si Ramuz donne à voir, il donne également beaucoup à entendre et à écouter. Paroles et signes de l’univers, du chant du Rhône au silence pascalien de la haute montagne (dans La Grande Peur ou Derborence) ou au silence des Hommes devant la Beauté (dans La Beauté sur la terre)… simples chansons rustiques ou populaires (premiers poèmes du Petit Village déjà intitulés « Chanson »)… L’importance des rapports de Ramuz et de la musique ne se résume pas au travail avec Igor Strawinsky, en particulier à cette Histoire du soldat trop souvent mise en avant au détriment d’autres œuvres et d’autres collaborations.
L’œuvre ramuzienne comme une immense symphonie ? Chaque récit comme un morceau et les « morceaux » eux-mêmes comme des éléments d’une vaste composition ?
Le romancier se montre aussi constamment attentif aux bruits, des plus terribles (orages, montagne qui s’écroule, crépitements de l’incendie…) aux plus infimes (crissements de sauterelles, murmure des fontaines, clapotis du lac…). Mais sa parole ne cesse de s’adosser à un silence, à la menace en permanence du mutisme, ou de l’étranglement – et peut-être à un vide essentiel : Ramuz plus proche qu’on ne l’imagine de Mallarmé, poète musicien, mais aussi nietzschéen, que hantent l’absence de Dieu et le Néant, ou le doute sur les pouvoirs de l’art et son « mensonge » ?...
Telles sont (parmi d’autres) les questions qu’il s’agira de mettre en commun pour tenter, grâce à la publication des Œuvres enfin complètes et de leur appareil critique, de renouveler la lecture de ce grand romancier suisse romand de la modernité.



mercredi 6 septembre 2017



(Photo Catherine Helie, pour Gallimard)

Richard Rognet, le promeneur et ses ombres

Journée d’étude organisée par Christine Dupouy

le vendredi 6 octobre 2017
 à l’université François-Rabelais à Tours


         Il est long le chemin qui mena Richard Rognet de L’Epouse émiettée, son premier livre paru en 1977 aux éditions Saint-Germain des Prés et aussitôt salué par un prix (Charles Vildrac en 1978. Beaucoup d’autres suivront) à Elégies pour le temps de vivre suivi de Dans les méandres des saisons, qui marque l’entrée en 2015 du poète dans la prestigieuse collection  Poésie / Gallimard, porte ouverte sur le grand public. Richard Rognet n’allait plus être connu des seuls initiés, même si le fait d’être publié chez Gallimard à partir de 1980 avec Petits poèmes en fraude était déjà la marque d’une sérieuse reconnaissance. Vosgien, Richard Rognet restera toujours fidèle à son pays natal, qui transparaît en filigrane derrière ses différents livres, cependant que l’auteur demeurera discret sur sa vie personnelle.
            Nous sommes ici pour saluer un grand poète et nous attacher à sa plus ample notoriété.


Programme

Matinée dirigée par Danièle Corre

-          10 h : ouverture de la journée par Monica Zapata, directrice d’ICD (Interactions Culturelles et Discursives) et Alexis Chommeloux, directeur de l’UFR Lettres et Langues.
-          10 h 30 : Christine Dupouy, « Seuils : au bord du livre »
-          11h : Béatrice Marchal, « L’émiettement des moi dans les recueils de Richard Rognet jusqu’aux années 2000 »
-          11h 30 : André Guyaux, « Le Rimbaud de Richard Rognet »
-          12h-12h 30 : discussion

Déjeuner aux « Belles caves »

Après-midi dirigé par Béatrice Marchal

-          14h  : Alain Mascarou, « Poésie et fiction dans Maurice amoroso »
-          14 h 30 : Aude Préta de Beaufort, « Mémoire et présence dans la poésie de Richard Rognet (Elégies pour le temps de vivre et Dans les méandres des saisons) »
-          15 h : discussion, suivie d’une pause
-          15 h 30  : entretien de Richard Rognet avec Danièle Corre.

17 h  : Changement de lieu : Librairie « Le Livre », 
place du Grand Marché

Lecture de ses poèmes par Richard Rognet

samedi 26 août 2017

Pour Thierry Vernet, C. F. Ramuz est une nourriture dont il ne se lasse pas !


Thierry Vernet (1927-1993) et Nicolas Bouvier (1929-1998) étaient liés d’amitié depuis leurs années de collège. Le peintre et l’écrivain-voyageur se sont écrit, en particulier lors des pérégrinations de Nicolas Bouvier qui l’éloignaient de Genève. 
En 1948, Thierry Vernet a entrepris de lire C. F. Ramuz dans les Œuvres complètes, éditions Mermod, 1940-1941.
Il le dit à son ami :

« J’entame mes Ramuz avec appétit ». « Je me plonge avec chaque fois plus de plaisir dans mon Ramuz. D’autant plus que l’édition en est large et épaisse. J’ai un poignard marocain avec lequel je coupe les pages comme on couperait de grandes tranches dans un grand pain » [31 octobre – 2 novembre 1948].

« Je lis toujours mes Ramuz, sans me lasser. C’est toujours aussi intéressant et indispensable » [24-26 novembre 1948].
(Nicolas Bouvier - Thierry Vernet, Correspondance des routes croisées 1945-1964, Carouge-Genève, Zoé, 2010, p. 99-100 et p. 127).
Merci à Gérard  Poulouin de nous avoir fourni ce beau témoignage !

samedi 19 août 2017

Bientôt des livres de Ramuz dans le refuge de Derborence, en Valais !

Bonne nouvelle transmise par Laurent DUPONT-BOIME, depuis le Salon du livre de montagne, à Passy, qu'il a tenu pendant trois jours avec jean -Louis Pierre :

Ramuz sera présent dans le refuge de DERBORENCE!




En photos, Natacha et Jean Michel CAJEUX, les nouveaux gardiens du refuge de Derborence dans le Valais, à côté de Jean-Louis Pierre, président d'honneur de l'association des Amis de Ramuz.

Un dépôt de livres de C. F. RAMUZ sera prochainement  en consultation dans l'espace salle à manger du refuge et dans quelques semaines les randonneurs pourront également acheter les ouvrages fournis par notre association.

L'espace Ramuz se compose d'une photocopie du manuscrit du roman Derborence, des photos encadrées de l'écrivain, et la présentation  des romans et autres publications de notre association.

L'espace Ramuz, sur le mur du fond de la salle à manger du refuge de Derborence


A aussi été évoquée la possibilité d'organiser des conférences "in situ", à partir de 2018, sur le roman et d'autres textes de C. F . RAMUZ . En résumé, un beau et fructueux partenariat à venir... dans un alpage qui ravit chacun et chacune d'entre nous.


Pour la route, les dernières lignes du roman:
"La mousse, d'un pinceau lent et minutieux, a peint en jaune vif, en gris sur gris, en toute sorte de verts, les plus gros des quartiers de roc ; ils nourrissent dans leurs fissures plusieurs espèces de plantes et de buisson, airelle, myrtille, épine-vinette, aux feuilles dures, aux fruits ligneux, qui tintent dans le vent doucement comme des clochettes."
C. F. RAMUZ, Derborence